Activités de Recherche

Stratégie et démarche scientifiques

Les orientations de DEEP associent une approche transversale et fédératrice d’ingénierie environnementale et des approches et compétences disciplinaires.

Notre positionnement scientifique relève des sciences de l’ingénieur, et plus particulièrement de l’ingénierie environnementale. Elle aborde l’étude de systèmes complexes anthropiques ou naturels en forte interaction avec les activités humaines pour lesquels ils sont conçus ou qu’ils subissent et ce avec une attention particulière aux relations qu’ils entretiennent avec l’environnement. La recherche en ingénierie environnementale de DEEP s’intéresse plus particulièrement à la maîtrise des risques environnementaux (émissions et transferts des polluants) liés aux systèmes anthropisés (systèmes urbains et industriels) mais aussi aux écotechnologies de production de ressources (énergétiques par voie biologique ou matière par le développement de nouveaux matériaux de génie civil).La démarche du laboratoire consiste à définir, programmer et coordonner des actions et projets de recherche en mobilisant des compétences multiples et complémentaires pour parvenir à la production de connaissances, de méthodes et d’outils permettant une intervention active sur l’environnement et/ou sur les systèmes applicables par les acteurs opérationnels concernés (bureaux d’études, industriels, collectivités territoriales...). Cette orientation de la recherche est donc par essence pluri- et inter- disciplinaire et tournée in fine vers l’application.L’approche scientifique met en oeuvre des itérations entre étude globale des systèmes, compréhension des processus élémentaires qui les composent ou qui s'y développent, et description de l’organisation spatiale et temporelle de leurs couplages, allant jusqu’à la modélisation des processus et l’adaptation de méthodes mathématiques appropriées (méthodes statistiques, méthodes multicritères, …) pour caractériser les systèmes étudiés.Nos recherches ne se limitent pas à l’observation ou à la prédiction des impacts environnementaux, mais visent également à les prévenir et les réduire, notamment par le développement de procédés de traitement des rejets ou de remédiation des milieux. Dans ce cadre, une place importante est consacrée aux systèmes permettant la valorisation des flux produits au sens large et à leur valorisation énergétique en particulier.Les partenariats avec d’autres équipes apportant des compétences ou des approches complémentaires aux nôtres, ainsi que l’approche multi-échelle aux niveaux de l’expérimentation et de la modélisation sont impératifs. L’observation et/ou l’expérimentation sur systèmes réels (observatoires, sites ateliers) ou modèles (pilotes), instrumentés de manière spécifique et contrôlée, est une approche privilégiée. Notre engagement dans la coordination d’observatoires (OTHU – Observatoire de Terrain en Hydrologie Urbaine, SIPIBEL – Rejets de médicaments dans les effluents hospitaliers et urbains), de site ateliers et de plates-formes (PROVADEMSE), et dans l’animation de réseaux scientifiques (ex : GIS EEDEMS) est fort et sera poursuivi.